hâte-toi lentement

Mon avenir s’est tracé en apprenant ma maladie ;
Je prends donc la vie à bras le corps
en tentant de lutter contre ce qui est écrit ;
Ainsi,
Je me hâte lentement (Festina lente),
sans découragement !

Mea Culpa

Je fais amende honorable sur l'article précédent car je viens de rencontrer la remplaçante de mon kiné parti en vacances.

Et là, je fais la connaissance d'une personne investie, avec un regard sur moi qui lui fait adapter les exercices.

Elle devine mon point faible, celui que j'essaie de combattre par des exercices de postures et autres ceintureafin de ralentir les épaules qui avancent, le dos qui se courbe.

Elle me donne des indications sur ce que je n'ai pas vu, et surtout me fait un bilan personnel: trop de contrôle, pas assez de relachement. Elle me démontre qu'en se relaxant, les contractures que j'ai dans le dos depuis des semaines disparaissent, en utilisant "le ballotement" ce que font les footballeurs pour se relaxer.

 

Mais, cela reste un cas particulier car ce matin j'ai accompagné à son RV la personne âgée atteinte de parkinson et là je décrits une situation qui me fait bondir : à l'arrivée on ne lui demande pas de ses nouvelles, un peu de marche dans un couloir carrelé où elle doit marcher sur les lignes, 2 ou 3 A/R, puis on l'installe devant l'espalier où elle doit avec le pied gauche et droit appuyer sur le premier barreau, durant ce temps le kiné s'installe devant son bureau et demande des devis pour sa voiture pour un changement de pneus et un entretien; Il fait part du tarif à son collègue qui durant ce temps joue au ballon. Je finis par demander à mon amie si elle va bien et elle me répond qu'elle est fatiguée, pas de chaise à proximité. Le kiné lui demande de s'installer sur le vélo ??? toujours pas de questionnement, quand le temps est écoulé il lui donne un Rv dans un mois car il part en vacances, pas de proposition de remplacement, de recommandations auprès d'un confrère.

1 mois sans exercices, à quoi ça sert alors ???

Posté par lentefestina à 20:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]


la prise en charge en kinésithérapie

Les séances de kiné m'ont été prescrites par ma neurologue. J'avais des raideurs musculaires au niveau des mains avec des tremblements, l'écriture était difficile et le bras était ralenti. Avant cette prescription, j'ai rencontré à l'hôpital Purpan un médecin spécialisé dans la maladie, Madame Brefel, qui m'informe que la prise de médicaments allait m'aider à retrouver le cours de mes activités. Je l'ai crue quelques instants mais la réalité m'a rattrapée. Les raideurs, les contractures, les douleurs, tout ça devait être pris en charge par un spécialiste. Malheureusement, les kinés, c'est comme partout il y en a des bons, des mauvais, des attentifs, des qui veulent faire du chiffre, des qui savent, des qui ne savent pas mais qui pensent savoir et enfin tous les autres que je n'ai pas encore rencontrés.

J'ai eu la chance d'être pris en charge par une professionnelle qui s'est investie, m'a appris, guidé et surtout soulagé. Malheureusement, je n'ai pu continuer avec elle, et depuis je suis à la recherche d'un autre kiné. A ce jour, je suis en contact avec 3 professionnels dans des cabinets différents. L'un vous demande lors du premier RV "qu'est qu'on fait aujourd'hui", en m'expliquant que je sais plus que lui ce qu'il me faut : je lui demande des exercices posturaux car j'ai des contractures très douloureuses et il me répond qu'il n'a pas fait ce genre d'exercice depuis la sortie de l'école.

Un autre kiné prend en charge mes contractures en me mettant sur les épaules une bouillote faite de queue de cerises qu'il réchauffe au micro ondes, puis il vous met des électrodes pendant 20 mn et vous oublie dans un box car durant ce temps il s'occupe de 2 autres personnes, Puis quand il réapparait, il enlève les appareils et vous dit "à la semaine prochaine" et en attendant vous faites quoi .

Et enfin, pour le troisième, j'ai plus été témoin qu'actrice. Cela concerne la prise en charge d'une patiente âgée de 75 ans, qu'on a installé sur un vélo, sans questionnaire de son état de santé, de ses douleurs, de recherche du bilan afin de l'aider au mieux, et le seul indicatif est l'ordonnance sur laquelle est inscrit "séance de kiné pour parkinson". Pas un instant, le kiné n'a été à l'écoute, il avait ses références médicales et les a utilisées sans les adapter à l'âge, la fatigue et l'atteinte de la maladie. Cette personne s'est vu prescrire 2 séances de 45 minutes par semaine alors qu'elle était dans un état semi végétatif depuis 2 ans. Elle ne quittait plus son fauteuil. On lui demande aujourd'hui dans la même séance de faire 10 minutes de vélo; puis de monter des marches sur un espalier pied gauche alterné avec pied droit en se tenant bien evidemment 3 séries de 5, puis de marcher sur une ligne d'avant en arrière et enfin de rattraper le ballon avec un rebond. et quand elle exprime sa fatigue on lui répond "encore un petit effort, on a bientôt fini".

Est ce raisonnable, est il à l'écoute, adapte t il ses séances à l'âge, à la démobilisation, à la pathologie avec des symptômes de tremblement d'une main très importants qui entrainent une perte musculaire dans sa prise. Tout ces exercices sont faits seules sans assistance mais avec une chaise à portée si elle se fatigue Il soigne d'un autre patient.

Je me dis que j'ai la chance d'être jeune et de pouvoir aller sur internet pour me guider et travailler pour améliorer mon état. Les personnes plus âgées, atteintes plus tardivement, qui rencontrent ces professionnels, quels buts ont-ils? Rééduquent-t-ils ? On -t-il la motivation de soulager, d'aider, de freiner la maladie? ou,bien n'ont-ils que le seul but du gain,

Ces patients demandent à être pris en charge individuellement pour les guider au mieux et être à l'écoute de leurs petits bobos car ce sont ceux-ci qui doivent aider le kiné à faire le bilan. Cette patiente a un bras plié contre sont ventre avec des tremblements. Aucun massage pour le bras, pas d'étirement, pas une seule fois on ne lui a demandé où a-t-elle des douleurs.

Savent ils ces soignants, que chaque mouvement, déplacement, demande des efforts car ils sont ralentis et cela est fatiguant. les nausées, les crampes ou contractures font eux aussi partie du lot. Nous entendent-ils, essaient-ils de nous comprendre? Pour l'instant seule ma première kiné me posait ces questions, adaptait les exercices en fonction de mes dires, et me demandait d'en faire à la maison en me les expliquant pour éviter les blessures et avoir un rendement optimum.

Je cherche un kiné spécialisé dans la prise en charge de cette pathologie, mais ça n'existe pas. Ils ne sont pas spécialisés, il faut surtout avoir de la chance, ce que j'ai eu pendant 2ans 1/2 .

Posté par lentefestina à 00:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

la douleur dans la maladie

La douleur dans la maladie de Parkinson: comprendre et agir!

17 JANVIER 2018

collaboration de Liliane Cefaloni, kinésiologue NeuroMotrix info@neuromotrix.com

Par une belle journée ensoleillée, l’envie de reprendre vos marches quotidiennes se fait sentir. Cette pensée vous parait tout à coup menaçante puisque vous avez une vieille douleur au dos qui, selon vous, pourraient s’aggraver en vous activant. Comme plus de 20% de la population générale et 60% de celle atteinte de la maladie de Parkinson, vous vivez avec une douleur chronique qui vous limite dans vos activités.

D’où vient cette douleur, que signifie-telle? À la base, la douleur est tout simplement un signal d’alarme! En fait, c’est un mécanisme de défense qui se traduit par une sensation désagréable en un point ou une région du corps. La douleur est ressentie lorsque les récepteurs nociceptifs, présents au niveau de la peau, des muscles et des articulations, envoient un message au cerveau pour indiquer qu’il y a danger. Elle a donc pour but de protéger le corps lorsqu’une de ses parties est endommagée, ou risque de l’être, afin de minimiser les dégâts. Lorsqu’une lésion est produite, pour permettre la guérison, notre corps réagit en limitant les mouvements de la partie blessée. Par exemple, à la suite d’une entorse de la cheville, il est difficile de mettre du poids sur celle-ci pendant un certain temps. Cette douleur résultant d’une blessure est appelée aigüe durant les premières heures, voire premiers jours, puis subaigüe. Celle-ci dure habituellement moins de trois mois, après quoi elle disparaît, la blessure étant normalement guérie.

La douleur qui persiste au-delà de trois à six mois à la suite d’une blessure est différente. Elle n’est plus associée à une lésion puisque celle-ci devrait être guérie. C’est à ce moment que nous parlons de douleur chronique. Cette douleur s’explique par des changements physiologiques que la lésion a pu provoquer dans le système nerveux central qui résulte en un message douloureux alors que le corps n’est plus en danger. C’est que le système de détection de la douleur a été perturbé. Pour revenir à l’exemple de l’entorse à la cheville, il pourrait arriver que, malgré la guérison de la blessure, la douleur soit encore ressentie après plus d’un an. Il s’agirait alors d’une douleur chronique. Dans un cas comme celui-ci, le « système d’alarme » du corps humain est activé sans qu’il y ait de réel danger, mais la douleur, elle, est bien réelle et présente!

 La douleur dans la maladie de Parkinson

Les personnes qui vivent avec la maladie de Parkinson sont deux à trois fois plus susceptibles que la population générale d’avoir de la douleur chronique. On classe leur douleur en deux grandes catégories; la douleur causée par une fonction défensive excessive et celle causée par une altération de la fonction de transmission des messages.

Dans la première catégorie, la douleur est causée par des cellules nerveuses qui sont démesurément stimulées. Les nocicepteurs sont surexcités, en réaction aux mouvements qui se produisent dans le corps. Habituellement, ces douleurs sont d’origine :1) musculosquelettiques, liées aux raideurs et aux crampes musculaires, 2) dystoniques, provoquées par des contractures principalement au niveau des orteils et des pieds, ou 3) radiculaires, résultant de la compression d’une racine nerveuse, comme une douleur au nerf sciatique.

Dans la deuxième catégorie, la douleur est ressentie en raison de la transmission d’un mauvais message. Le « système d’alarme » est activé, même si le corps n’est pas en danger. Dans cette catégorie, on retrouve deux types de douleurs : 1) neuropathiques centrales, provoquées par les dommages cérébraux causés par la maladie, qui résultent en un message de douleur alors qu’il n’y a pas de lésion à la région douloureuse et 2) celles liées à l’akathisie, la nécessité « douloureuse » de bouger, souvent les jambes ou le tronc, qui est occasionnée par un déficit en dopamine.

Quelle que soit sa cause ou son origine, la douleur ressentie par les personnes qui vivent avec la maladie de Parkinson est bien réelle. Elle peut être gênante et considérablement limiter leurs mouvements et leur envie de bouger. Cependant, il faut éviter à tout prix de devenir inactif pour ne pas se retrouver dans le cercle vicieux de la sédentarité.

 

De la douleur à la kinésiophobie

Lorsqu’il y a douleur, il est naturel d’éviter certaines activités ou mouvements. Cette réaction de protection est normale et même souhaitable dans les premières semaines suivant une blessure. Cependant, après la période de guérison, la restriction du mouvement, souvent nourrie par une peur d’aggraver la situation, peut devenir néfaste. Chez la personne qui vit avec le Parkinson, la douleur ressentie peut, par crainte de l’exacerber ou de causer des dommages, alimenter elle aussi une peur de bouger. Ce sentiment est appelé kinésiophobie, ce qui signifie peur du mouvement.

La kinésiophopie peut avoir des effets délétères sur la santé physique et mentale. D’abord, le fait d’éviter des mouvements au niveau d’une articulation qui fait mal peut avoir comme conséquence un affaiblissement des muscles qui l’entourent et ainsi causer davantage de douleur. Il est d’ailleurs reconnu que l’activité physique aide à soulager la douleur et à prévenir les dommages articulaires. De plus, elle permet de conserver un poids santé, ce diminue le stress sur les articulations qu’un surplus pondéral pourrait causer. Finalement, non seulement la kinsésiophobie peut-elle mener à un déconditionnement physique général, elle est aussi associée à un plus haut risque de dépression. Il faut donc surmonter sa peur et bouger, malgré la douleur, pour éventuellement la contrôler.

Choisir les bons exercices

Mais par où commencer et à quelle intensité s’exercer? La clé du succès est d’y aller progressivement. Il faut trouver son seuil de douleur acceptable et le repousser petit à petit. Plusieurs personnes croient bien faire en tolérant une douleur qui dépasse un seuil acceptable. Elles pensent qu’à force de tolérer la douleur, le corps s’y habituera et qu’une amélioration se fera sentir, ce qui n’est pas nécessairement vrai. Être à l’écoute de son corps pour bien gérer sa douleur s’avère une formule beaucoup plus profitable. Mais qu’est-ce que cela signifie?

La douleur est perçue de façon différente par chaque personne. Ainsi, sur une échelle de 0 à 10, 0 étant aucune douleur et 10 étant une douleur atroce, il ne faudrait jamais dépasser 4 lors d’un exercice ou d’une activité physique. Le 4 sur 10 représente un mal présent, mais qui n’est ni incommodant ni intolérable. Si vous pratiquez de l’activité physique en respectant cette condition, vous augmenterez votre seuil de tolérance à la douleur. Prenons un exemple. Une personne qui vit avec une douleur lombaire depuis plus de six mois essaie un entraînement de circuit style « boot camp » en groupe pour la première fois. Après 5 minutes, un niveau de douleur qu’elle estime au-delà de 4 sur 10 se fait sentir, alors cesse l’activité. À la deuxième séance, elle est capable de suivre le groupe pendant 7 minutes avant de cesser l’activité. Quelques semaines plus tard, elle arrive à faire les exercices pendant 15 minutes sans arrêt, toujours avec un certain niveau de douleur qu’elle estime à 4 sur 10, ce qui lui est tolérable. Cette personne ne pensera pas nécessairement qu’elle s’améliore puisqu’il y a encore une douleur qui survient à un certain moment, mais le fait de pouvoir bouger plus longtemps sans dépasser son seuil de douleur acceptable démontre bien sa progression.

À l’inverse, quelqu’un qui dépasse constamment sa limite, va déclencher plus rapidement l’alarme qui dicte d’arrêter l’activité. Si cette même personne avait continuer l’activité au-delà des 5 minutes lors de sa première séance, en tolérant une douleur élevée, elle en aurait probablement fait moins lors de la deuxième séance et encore moins lors de la troisième. Cette régression se produit lorsque le corps cherche à se protéger. L’alarme, au lieu d’être déclenchée de plus en plus tard, est déclenchée de plus en plus rapidement. Ainsi, il est préférable d’augmenter progressivement la durée et l’intensité d’une activité afin d’atteindre un résultat positif dans les jours et les semaines qui suivront.

L’avantage de bouger dans le respect de votre seuil de tolérance à la douleur vous permettra de reprendre les activités que vous aimez et de bénéficier des bienfaits de l’activité physique sur votre santé!

Les conseils du kinésiologue

  • Choisissez une activité que vous aimez, cela favorisera votre motivation et votre assiduité.
  • Essayez des activités de type aérobie à faible impact, telles que le vélo ou l’elliptique.
  • Profitez de l’eau. En piscine votre poids corporel sera allégé et vous pourrez certainement allonger la durée de votre séance d’exercices sans douleur.
  • Intégrez des exercices d’assouplissement et de détente qui peuvent soulager la douleur articulaire et favoriser votre bien-être.
  • Faites appel à un kinésiologue, spécialiste de l’activité physique, qui saura vous guider vers un mode de vie actif, en toute sécurité!

Posté par lentefestina à 23:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Les huiles essentielles,un remède qui peut soulager

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi certaines personnes âgées sont très lentes à se déplacer d'un endroit à un autre? Pourquoi ils semblent très déprimés ou malheureux?

La vieillesse n'est peut-être pas la raison de leur malheur. Il pourrait y avoir plus, et la raison pourrait être la maladie de Parkinson.

La maladie de Parkinson survient chez les personnes âgées, généralement après 50 ans. Il s'agit d'une maladie chronique et progressive du système nerveux.

Avec le temps, la situation empire et peut nécessiter des soins infirmiers. La maladie de Parkinson peut se stabiliser après 80 ans [1].

La maladie de Parkinson est la deuxième affection médicale liée à l’âge la plus courante après la maladie d’ Alzheimer. La prévalence de la maladie dans le monde entier est d'environ 7 à 10 millions de personnes.

Seules 4% des personnes diagnostiquées avec la maladie de Parkinson ont moins de 50 ans. Les hommes souffrent de la maladie de Parkinson une fois et demie plus tard que les femmes.

Aux États-Unis seulement, environ 1 million de personnes sont atteintes de la maladie de Parkinson. En Amérique, chaque année, 60 000 personnes reçoivent un diagnostic de maladie de Parkinson. Ces statistiques, cependant, ne tiennent pas compte des nombreux cas qui ne sont pas détectés. [2]

Comme la maladie de Parkinson est incurable, il peut être difficile de vivre avec. Les premiers symptômes sont les tremblements, la lenteur des mouvements, la raideur des muscles et les difficultés à marcher. Même les activités quotidiennes peuvent sembler une tâche impossible. [3]

La maladie de Parkinson a non seulement un impact physique, mais laisse également un impact émotionnel sur les patients. Les études publiées dans Neurology ont indiqué que les personnes atteintes de la maladie de Parkinson se sentaient démunies et démoralisées. [4]

Mais les huiles essentielles peuvent réduire et calmer les symptômes de la maladie de Parkinson. Il est utile dans la réduction de la dépression, des problèmes digestifs, des troubles du sommeil et de l’inflammation de la peau. [5]

Dans cet article, nous vous expliquerons comment réduire les effets de la maladie de Parkinson.

  • Qu'est-ce que la maladie de Parkinson?
  • Symptômes et signes de la maladie de Parkinson
  • Causes et complications de la maladie de Parkinson
  • Pourquoi utiliser des huiles essentielles pour la maladie de Parkinson?

Qu'est-ce que la maladie de Parkinson?


La maladie de Parkinson ou PD est une maladie du système nerveux central . Le système moteur est affecté par cette maladie qui affecte les mouvements.

Au fil du temps, ces cellules nerveuses du cerveau meurent ou sont endommagées, entraînant une perte de neurones. Ces neurones participent à la production de dopamine. Comme ces neurones ne fonctionnent plus, les niveaux de dopamine diminuent, ce qui conduit à une activité cérébrale anormale et donc à la maladie de Parkinson.

La maladie de Parkinson est fréquente chez les personnes de plus de 50 ans. Bien que certaines personnes de moins de 50 ans soient touchées par cette maladie, leur nombre est très inférieur. Comme le terme progressif signifie, la maladie s'aggrave avec le temps et son traitement n'est pas encore découvert. [3]

Cette maladie peut même aggraver la situation financière du patient car les frais médicaux associés sont assez élevés.

Les symptômes et les signes de la maladie de Parkinson


Les signes et les symptômes de la maladie de Parkinson peuvent ne pas apparaître soudainement. On peut se sentir fatigué ou légèrement trembler des mains; le discours peut devenir trouble ou le manque d'expression du visage. Mais les symptômes ont tendance à augmenter avec le temps, à mesure que la progression se poursuit. [6]

Certains des symptômes typiques sont:

  • Mouvements ralentis ou altérés ( Bradykinésie )
  • Douleur due à des muscles raides
  • Tremblements dans les membres, généralement les mains ou les bras, souvent d'un côté du corps
  • Les marches deviennent courtes ou les pieds trébuchent en marchant
  • Posture déséquilibrée
  • Problèmes d'élocution comme monotone, lent ou hésitation avant de parler
  • L'écriture manuscrite peut devenir plus petite ou l'écriture est difficile
  • Les mouvements inconscients comme cligner des yeux, sourire et balancer les bras en marchant sont plus difficiles [7]

Quelles sont les causes de la maladie de Parkinson?


La cause réelle de la maladie de Parkinson est inconnue, mais il existe plusieurs facteurs qui affectent les chances de contracter cette maladie. [8]

Facteurs héréditaires:

Des mutations génétiques spécifiques sont responsables de la maladie de Parkinson, mais elles sont rares et rares. Cependant, le fait d'avoir des membres de la famille atteints de cette maladie augmente probablement les risques de contracter cette maladie.

Facteurs environnementaux:

Si exposé à certaines toxines, le risque de maladie de Parkinson peut augmenter, mais les chances sont minimes.

Complications de la maladie de Parkinson


La maladie de Parkinson a d'autres complications ou problèmes qui peuvent être traités.

  • Dépression et problèmes émotionnels comme la démoralisation et l'impuissance
  • Démence et difficulté à penser
  • Troubles du sommeil
  • Problème de miction
  • Indigestion
  • Fatigue
  • Douleur
  • Difficulté à identifier l'odeur de quoi que ce soit
  • Dysfonction sexuelle

CONNEXES: 14 huiles essentielles efficaces pour les douleurs musculaires efficaces

Les huiles essentielles peuvent-elles aider à lutter contre la maladie de Parkinson?


La réponse à cette question est oui!

À partir d'avril 2010, il n'y a pas de remède contre la maladie de Parkinson, mais les huiles essentiellesatténuent et apaisent les symptômes. [9]

Il n'y a pas de traitement standard qui s'applique à tout le monde. Les traitements tiennent compte du mode de vie et des symptômes variables de chaque personne.

7 huiles essentielles pour la maladie de Parkinson


Voici sept huiles essentielles qui aident à traiter la maladie de Parkinson!

1. huile de cèdre

Le cèdre peut être très bénéfique pour la maladie de Parkinson, car il peut éliminer les raideurs articulaires et musculaires.

L'huile essentielle de cèdre est également un sédatif et possède des propriétés aromathérapiques. Il peut aider en cas de dépression, de troubles du sommeil, d'inflammation de la peau et de douleurs musculaires en raison de son effet apaisant et calmant sur l'esprit.

La rigidité est minimisée en utilisant l'huile sur la peau à l'extérieur ou en l'inhalant. Faire vous-même un bain avec 5 à 10 huiles essentielles de bois de cèdre peut être très utile. Pour la dépression, inspirez l'huile de bois de cèdre directement de la bouteille ou appliquez quelques gouttes d'huile au-dessus de vos sourcils pour vous détendre. [dix]

2. Huile d'encens

L'huile d'encens est connue pour ses nombreuses propriétés bénéfiques. Il est connu d'influencer le système nerveux qui est l'un des problèmes graves chez les patients atteints de la maladie de Parkinson. Il est préférable de le mélanger avec une huile de support, telle que de la noix de coco ou de l'huile de jojoba, avant de l'inhaler ou de l'appliquer sur la peau.

Il peut également réduire la dépression et faciliter la digestion.

L'odeur apaisante soulage également la douleur et permet de s'endormir naturellement en ouvrant des voies respiratoires qui permettent au corps d'atteindre une température de sommeil idéale. [11]

3. Huile de bois de santal

Le bois de santal a de nombreux avantages thérapeutiques. Le parfum apaisant aide à atteindre le calme et la clarté avec des avantages curatifs étonnants. Cela vous laisse détendu et paisible. Une étude réalisée en 2006 a confirmé que les composants chimiques de cette huile procurent clarté mentale et calme. [12]

Le bois de santal, comme le bois de cèdre et l'encens, est riche en sesquiterpène. Il assure un apport actif en oxygène au cerveau. Il est bénéfique dans le traitement de la rigidité musculaire. Ils aident à soulager les symptômes neurologiques en aidant le corps à déclencher des neurones.

Masser 2 à 4 gouttes d’huile sur les zones de la peau présentant une rigidité ou les appliquer directement sur la peau. Massez l'huile de bois de santal sur les chevilles, les poignets et le cou pour soulager le stress et la dépression . L'inhalation du parfum de la bouteille peut également aider à se concentrer. [13]

4. huile de marjolaine

L'huile de marjolaine lorsqu'elle est massée réduit la douleur dans les muscles et est connue pour calmer le système nerveux.

Faire de l'huile de marjolaine une partie de son régime alimentaire peut améliorer la digestion. L'ajout d'herbes fraîches ou séchées ou la consommation de thé peut atténuer les symptômes.

Il stimule les glandes salivaires, simule les mouvements péristaltiques et encourage l'élimination. C'est pourquoi l'huile de marjolaine est bénéfique pour la maladie de Parkinson. Les personnes atteintes de la maladie de Parkinson peuvent avoir des problèmes d'indigestion. [14]

5. huile de basilic

L'huile de basilic est bénéfique pour la guérison des muscles endoloris, ce qui est très commun chez les personnes atteintes de la maladie de Parkinson. Il agit comme un agent calmant pour traiter les affections nerveuses et musculaires. L'huile de basilic régule les neurotransmetteurs qui contribuent à l'anxiété et améliorent votre disposition.

L'huile de basilic peut également réduire la fatigue et la fatigue. Le basilic est utilisé en médecine depuis le 16 e siècle dans le sous-continent asiatique.

Avec quelques gouttes d'huile essentielle de basilic, les articulations et les muscles enflés procurent beaucoup de confort. Utiliser de l'huile de basilic avec de l'huile de coco est très relaxant. [15]

6. huile d'hélichryse

Helichrysum est originaire de la région méditerranéenne et est utilisé depuis des milliers d'années pour ses propriétés médicinales.

Au cours des dernières décennies, de nombreuses études ont été menées pour identifier ses potentiels. Helichrysum possède des agents antimicrobiens et anti-inflammatoires. [16]

Helichrysum est une huile essentiellebénéfique Il a de fortes capacités à réduire l' inflammation du cerveau, ce qui améliore l'état des vaisseaux sanguins.

Helichrysum est également responsable de la fonction des muscles lisses. Il diminue l'enflure et l'inflammation du muscle, ce qui améliore la circulation.

Une circulation améliorée réduit les douleurs musculaires et guérit les nerfs et les tissus musculaires. Il est utilisé en ajoutant 2 à 4 gouttes d'huile directement sur la zone touchée ou en l'inhalant.

Lorsque l'huile de lavande, avec l'hélichrysum, est utilisée, elle soulage le stress émotionnel et la douleur. [13]

7. Huile de vétiver

On sait que l' huile de vétiver agit comme un stimulant qui calme le système nerveux. Il peut être utilisé pour réduire les tremblements. Il facilite également les gens s’il est inhalé et traite également la dépression.

L'huile de vétiver est originaire d'Inde et utilisée en médecine en Asie du Sud, en Asie du Sud-Est et en Afrique de l'Ouest. Ses caractéristiques apaisantes et curatives en font une herbe précieuse et effrayante dans de nombreux pays. Une autre qualité de l'huile de vétiver est qu'il s'agit d'un refroidisseur de corps naturel. Il est connu comme «l'huile de tranquillité» dans des pays comme l'Inde et le Sri Lanka.

Ses propriétés apaisantes stimulent également le système immunitaire et soutiennent le système nerveux, évitant ainsi le stress et l'anxiété. L'huile de vétiver peut également traiter les troubles articulaires et stimuler les niveaux d'énergie lorsque vous êtes épuisé . [17]

Ligne de fond


Bien qu'il n'y ait pas de remède définitif pour la maladie de Parkinson, de nombreux médicaments sont utilisés pour réduire les complications causées par la maladie.

Les effets secondaires de ces médicaments sont durables et comprennent vertiges, maux de tête, indigestion, douleurs à l'estomac, fièvre accompagnée de douleurs musculaires et de nausées.

Mais les thérapies alternatives telles que les huiles essentielles, les massages et les régimes riches en fibres peuvent avoir un impact positif sur l’esprit ainsi que sur le corps sans aucun effet secondaire.

Selon le National Health Service (NHS) du Royaume-Uni, jusqu'à 40% des patients utilisent un traitement alternatif. [18]

Posté par lentefestina à 03:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Trop de sport, ça tue le corps

J'ai fait ce qu'on m'a dit, et depuis septembre je fais du sport à gogo. Gymnastique, marche nordique, fitball, tennis et petite randonnée tous les jours.

Aujourd'hui, des tendinites me freinent et me font comprendre une chose ; commencer le sport à 50 ans, c'est comme faire du vélo sans freins, on va vite, on a des nouvelles sensations mais on fini pas se faire en mal en tombant.

Alors, le conseil du jour : faites du sport avec modération si vous n'en avez pas fait auparavant, votre corps vous remerciera.

 

Posté par lentefestina à 19:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]